Find the latest bookmaker offers available across all uk gambling sites www.bets.zone Read the reviews and compare sites to quickly discover the perfect account for you.

Et si l’or noir en Equateur n’était pas le pétrole, mais le…

Chocolat equateur 2

Dans la luxuriante province d’Esmeralda, à la frontière nord de l’Equateur avec la Colombie, les agriculteurs sont fiers de dire qu’ils produisent de l’or noir.

Non, ici on ne parle pas de pétrole, que l’on trouve pourtant en grande quantité du côté de l’Amazonie équatorienne, et en particulier du côté de Yasuni, mais de l’un des principaux produits d’exportation du petit pays andin : les fèves de cacao. La pâte lisse, au goût amer, extraite de ces fèves est bien sûr l’ingrédient clé dans la réalisation de chocolat fin et l’une des fiertés de l’Equateur.

Car le chocolat est profondément lié à l’histoire du pays, premier exportateur mondial de cacao jusqu’au début du 20ème siècle. Mais dans les années 1900, les maladies et l’apparition de nouvelles cultures dans les colonies britanniques et françaises à travers l’Afrique et l’Asie font perdre à l’Equateur sa première place. Durant la première moitié du 20ème siècle, le cacao perd de son attrait et est remplacé par les bananes et le café, plus lucratifs. L’Afrique de l’Ouest, Côte d’Ivoire et Ghana en tête, devient alors leader mondial de la production de cacao, basant notamment sa stratégie sur les fèves «ordinaires», utilisées par l’agro-industrie pour la transformation des bonbons chocolatés.

 

Un Chocolat « Vintage »

Fin et aromatique, les variétés de grande qualité utilisées dans les produits haut de gamme ne représentent que 5% de la production mondiale de cacao. Mais la demande est en constante augmentation.Tout comme le vin, le chocolat reflète les saveurs de la région où les fèves sont cultivées, et la manière dont elles sont séchées et fermentées.

Au cours de la dernière décennie, alors que la demande de cacao fin a augmenté, l’Equateur a su émerger comme un exportateur de fèves de qualité et est même devenu une destination de choix pour les globe-trotters chocolatiers. En conséquence, la production de cacao s’est convertie en une source durable de revenus pour les agriculteurs.

Chocolat Equateur 3

L’Equateur, foyer d’origine du Chocolat il y a 5000 ans !

Une étude archéologique récente pense que l’Équateur pourrait même avoir été le foyer d’origine de la fève de cacao. On a trouvé il y a peu une poterie céramique datant de 3.300 avant JC qui contenait des restes de cacao. La découverte, faite dans la région amazonienne du sud de l’Équateur, Zamora, suggère que des fèves de cacao ont été récoltées et consommées il y a plus de 5000 ans.

L’histoire d’amour de l’Occident avec du chocolat a commencé bien plus tard – au 16ème siècle, lorsque Montezuma fait découvrir au conquistador espagnol Hernan Cortes une boisson épicée, connu sous le nom « xocolatl ». C’est quand le sucre a été ajouté au mélange que la boisson est devenue un phénomène de mode en Europe, et le cacao très recherché.

L’Équateur a joué un rôle clé dans l’introduction du chocolat en occident

Contrairement à d’autres colonies espagnoles d’Amérique du Sud, où l’or et l’argent étaient abondants, l’Équateur a été exploité pour son cacao.

Les fèves de cacao indigènes de l’Équateur sont connus sous le nom de « Nacional » ou « Arriba », un nom censé provenir du lieu de sa découverte. Arriba signifie «en amont de la rivière » car de nombreuses plantations de cacao étaient situés le long du fleuve Guayas, qui coule vers le port de Guayaquil, la plus grande ville de l’Equateur. Le chocolat équatorien est connu pour ses caractéristiques florales ainsi que pour avoir des arômes de fruits, tandis que d’autres ont plutôt un goût de noisette. A Esmeralda, une des provinces les plus pauvres du pays, les agriculteurs peuvent désormais obtenir plus d’argent en produisant un cacao de haute qualité.

 

Photo : Glenda Giacometti
Photo : Glenda Giacometti

Ce qu’il faut savoir sur le chocolat :

  •  Il faut six mois pour que les fèves de cacao mûrissent
  • Les récoltes ont lieu deux fois par an
  • Les fèves sont mises en tas pour la fermentation. Cette dernière prend environ une semaine et c’est lors de cette fermentation que l’arôme de cacao commence à se développer
  • Les fèves sont ensuite séchées pendant environ une semaine
  • Elles sont alors torréfiées et séparées de leur coquille
  • L’intérieur des grains est transformé en un liquide ou une liqueur de chocolat
  • La liqueur de chocolat est mélangée à du beurre de cacao et d’autres ingrédients
  • Le mélange épais résultant est versé dans des récipients en forme de barre
  • Les barres sont prêtes à être emballées, et ce environ quatre jours après que les fèves de cacao ont atteint l’usine.

 

Allez voir également

En Amazonie équatorienne, le meilleur chocolat du monde… ?

La communauté indigène de Santa Rita, dans l’Amazonie équatorienne, cultive le cacao depuis des siècles, ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge