Find the latest bookmaker offers available across all uk gambling sites www.bets.zone Read the reviews and compare sites to quickly discover the perfect account for you.

Musique d’Equateur : découvrez le « Pasillo »

Musiques d'Equateur-le pasillo

Ce pourrait être un symbole officiel du pays car les équatoriens l’ont véritablement dans l’âme. Il s’agit de la poésie faite musique: le Pasillo.

C’est d’ailleurs à tel point que l’Equateur a officialisé la journée du Pasillo le 1er Octobre de chaque année. Cette la date a été décidée en 1993 en l’honneur de l’anniversaire du regretté Julio Jaramillo, un des plus grands représentants de la musique Equatorienne, qui a porté aux quatre coins du monde ce rythme emblématique du petit pays andin.

Une musique d’abord instrumentale

Selon les historiens, le Pasillo était à ses débuts purement instrumental. C’est seulement par la suite que s’installe peu à peu un pasillo vocal, chanté, avec des textes mélancoliques, parlant de la beauté des femmes, exprimant la valeur de ses hommes et la nostalgie de l’être aimé. Ils soulignent aussi l’amour du terroir. Ainsi, un des Pasillo les plus célèbres est «Guayaquil de mes Amours » par Nicasio Safadi, devenu un véritable hymne pour les habitants de la ville portuaire.

Profitons de cet article pour évoquer ici les compositeurs éminents de cette musique d’Equateur : Carlos Amable Ortiz, Marco Tulio Hidrovo, Guillermo Garzon, Carlos Guerra, Miguel Angel Cazares, Francisco Paredes Herrera, Rafael Carpio Abad, , Segundo Luis Moreno, Gerardo Guevara, Nicasio Safadi, Enrique Ibañez Mora. Ces derniers, qui ont intégré le duo légendaire Ecuador, ont notamment rendu célèbre ce genre musical avec les premiers enregistrements effectués en 1930 dans les studios de Columbia Records à New York.

Mais il ne suffit pas seulement évoquer auteurs et les interprètes, mais aussi quelques airs inoubliables tels que Sendas distintas, Pasional, Invernal, Ángel de Luz, Lamparilla, Aguacate, Manabí, Alma en los labios, Alma Gemela, Fatalidad.

 

Musiques d'Equateur-le pasillo 2

« Tout ce qui est musique est esprit. Tout ce qui est esprit est art, et celui qui ne ressent pas le pasillo dans son sang, c’est parce qu’il n’a pas d’esprit. » Voilà comment le compositeur Gustavo Pacheco résume sa passion pour ce genre musical.

L’artiste de Guayaquil invite d’ailleurs  à moderniser le Pasillo, un peu à la manière de Juan Fernando Velasco, qui a remis au gout du jour parmi les jeunes des anciens Pasillos, en les interprétant avec une touche moderne, correspondant à la musique actuelle.

Un musée du Pasillo à Guayaquil

Il est vrai qu’à Guayaquil, on fait un effort pour maintenir bien vivant le goût du pasillo, notamment à travers le Musée de la Musique Populaire Julio Jaramillo. Le musée possède une école de musique aui enseigne aux jeunes générations l’art du Pasillo.

Les spécialistes du Pasillo considèrent qu’il y a une différence entre la musique de la côte et celle de la montagne. La première avec des tonalités plus gaies, tandis que la seconde a tendance à être plus mélancolique.

« Le plus beau, dit Pacheco, c’est que le pasillo est le pasillo, et la tristesse de notre terre y est profondément ancrée dans ses accords et sa mélodie ».

 

Ecoutez ici un mix des Pasillos du célèbre Julio Jaramillo :

 

 

 

 

Allez voir également

livre Equateur doña isabel

A lire : Doña Isabel, ou la véridique et très mystérieuse histoire d’une créole perdue dans la forêt des Amazones

  Doña Isabel : Ou la véridique et trés mystérieuse histoire d’une créole perdue dans ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge