Find the latest bookmaker offers available across all uk gambling sites www.bets.zone Read the reviews and compare sites to quickly discover the perfect account for you.

La route des 7 églises : une promenade religieuse le long de la côte pacifique

Au fur et à mesure qu’on s’approche de la ville de Santa Elena, sur la côte pacifique de l’Equateur, les 2 tours qui semblaient de loin intriguantes, avec leur hauteur de 72 mètres, se révèlent appartenir à la cathédrale de l’impératrice Sainte-Hélène, un édifice religieux construit essentiellement à partir de bois de gaïac, arbre typique de la région.

Ses finitions de style colonial, à la fois à l’extérieur et à l’intérieur de la cathédrale, nous montrent sans aucun doute la qualité du travail et les compétences des artisans locaux dans la sculpture sur bois.

route des 7 églises d'Equateur 1

 

L’église, dont la date de construction n’est pas clairement définie, est considérée comme le plus haut bâtiment de la capitale provinciale. C’est également devenu l’un des principaux attraits touristiques de la ville de Santa Elena, outre bien sûr les plages environnantes.

Et c’est justement à partir de cette église que l’on peut commencer la route touristique d’environ 75 kms, offrant, en plus de la beauté des plages et des montagnes environnantes, un moment propice à la paix intérieure et à la méditation. Cette route est empruntée chaque année par des milliers de croyants, en particulier pendant la semaine sainte.

 

Notre Dame de l’Espérance

 

Eglise Nuestra Señora de la Esperanza (La Libertad)La información y el contenido multimedia, publicados por la Agencia de Noticias Andes, son de carácter público, libre y gratuito. Pueden ser reproducidos con la obligatoriedad de citar la fuente. http://www.andes.info.ec/es/noticias/ruta-siete-
Eglise Nuestra Señora de la Esperanza (La Libertad)

Après avoir admiré la cathédrale de Santa Elena, nous continuons vers le sanctuaire de Notre-Dame de l’Espérance (Nuestra Señora de la Esperanza) dans la ville voisine de La Libertad. Ce lieu de prière, perché au sommet d’une colline escarpée face à la mer, jouit d’un point de vue où vous pourrez contempler la beauté du paysage dominé par les eaux bleues de l’océan.

Cette église, fondée en 1942, appartient à la Communauté franciscaine. A l’intérieur, une image de la Virgen de la Esperanza, qui, selon les chroniqueurs, date du XVIIIe siècle et a été retrouvée dans les décombres de l’ancien édifice, reconstruit en 1966.

 

La Merced (Salinas)

 

Eglise La Merced de Salinas
Eglise La Merced de Salinas

Poursuivant la route, nous atteignons le canton de Salinas, une des grandes villes côtière de l’Equateur. Ici se trouve l’église de La Merced, construite en 1930 dans un style colonial, agrémentée de remarquables mosaïques de verre.

Cette paroisse est également située près du secteur de Chipipe où les nombreux croyants qui visitent cette ville viennent prier devant la Vierge de las Mercedes, patronne des Forces armées de l’Équateur.

 

Notre-Dame des Nuages (Ballenita)

 

ruta_iglesias_8

Après avoir quitté Salinas, la procession de la foi se poursuit le long de la route du Spondylus (du nom d’un coquillage local), l’un des principaux réseaux touristiques qui serpente le long des rives de l’océan Pacifique, depuis Santa Elena vers le nord et les provinces de Manabi et Esmeraldas.

Sur cette route, nous atteignons la ville de Ballenita et le sanctuaire de Notre-Dame des nuages. La particularité de cette église est sa façade entièrement recouverte de coquillages, harmonieusement disposés. Chaque dimanche de Pâques les pêcheurs se réunissent dans cette église pour recevoir la croix portée en procession depuis la Cathédrale de Santa Elena et la portent à la mer pour lui donner un «bain», signe de dévotion et de renouvellement de la foi. Cette tradition date de près d’un demi-siècle et gagne chaque année de plus en plus de fidèles.

 

Notre-Dame de Fatima (Palmar)

 

Nuestra Señora de Fátima
Nuestra Señora de Fátima

Après avoir dégusté un plat de fruits de mer et profité d’une sieste réparatrice dans des hamacs au bord de la plage, nous arrivons à la commune de Palmar, où se trouve le sanctuaire de Notre-Dame de Fatima.

Perché au sommet d’une colline qui offre un paysage marin se perdant dans l’horizon, c’est un endroit idéal pour la méditation. Son architecture fait référence à des connotations bibliques, avec notamment une place circulaire extérieure de 40 mètres de diamètre, ce qui selon Saint Augustin est le nombre qui symbolise la vie terrestre.

ruta_iglesias_6

En entrant dans l’édifice, on aperçoit des sculptures sur bois et des figures  représentant la rencontre de l’homme avec le divin. Cet endroit reçoit la visite, le dimanche, de centaines de paroissiens, la plupart de Guayaquil, à la recherche de communion avec le Créateur.

 

Santa Catalina (Colonche)

Poursuivant la balade, un détour, mais toujours dans la commune de Palmar, conduit à la paroisse de Colonche. Après 10 minutes sur la route qui traverse un paysage désertique de cactus, nous arrivons à l’une des plus anciennes églises en Équateur: Santa Catalina.

Cette basilique remonte à 1537, date gravée dans les piliers centraux dont l’inscription a été découverte lors de travaux de restauration en 1998. Cette église catholique fut entièrement construite en bois guayacán par les villageois de la région. On peut admirer ses belles finitions coloniales sur l’autel, les chaires et dans tous les recoins du temple.Il y a également un musée où les registres de baptêmes et mariages les plus anciens sont enregistrés. Les étoles et manteaux, utilisés par les différents prêtres qui ont servi dans cette communauté,sont également conservés depuis 1700,

 

María Blanca Estrella de la Mar (Olón)

 

María Blanca Estrella de la Mar (Olón)
María Blanca Estrella de la Mar (Olón)

Après quelques minutes de receuillement dans la basilique, la route nous mène à Olon et à la dernière église catholique de la Route des Sept Eglises : María Blanca Estrella de la Mar à 72 kilomètres au nord de la station balnéaire de Salinas.

La beauté de ce sanctuaire se retrouve dans sa forme de navire, qui plus est située au sommet d’une falaise abrupte, offrant une vue spectaculaire sur l’océan Pacifique et le relief montagneux qui caractérise la partie nord de la province de Santa Elena.

Elle fut construite en 1984, à l’initiative de l’archevêque de Guayaquil, qui pour le 2000e anniversaire de la naissance de Marie a souhaité faire construire douze églises en l’honneur de la Vierge. La première d’entre elles était justement le sanctuaire de Olón. Ce dernier a la forme d’un bateau parce que « Jésus est le capitaine et  la Vierge Marie le co-pilote qui conduit au Sacré-Cœur », expliquent les religieux sur place.

Bien qu’au cours des années, l’érosion couplée à de forte brises ont causé une détérioration visible, cette église n’en offre pas moins une attractions unique à ceux qui emprunte la « Ruta del Spondylus ».

Et c’est ainsi que nous arrivons ains au terme d’une promenade de 75 km faite de méditation, de magnifiques points de vue sur l’océan et de rencontre avec l’artisanat équatorien.

 

 

Allez voir également

Le Malecon de Guayaquil, une promenade agréable le long du fleuve guayas

Le Malecon 2000 est une célèbre promenade le long du quai qui surplombe la rivière Guyas à ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge