Find the latest bookmaker offers available across all uk gambling sites www.bets.zone Read the reviews and compare sites to quickly discover the perfect account for you.

A lire : Vertiges de Quito, de Didier Tronchet

 

vertiges_quito Didier Tronchet

 

Didier tronchet, célèbre auteur de BD, s’est expatrié trois années à Quito. Le début d’une nouvelle vie, avec son fils et sa compagne, que la capitale équatorienne accueille avec toute la puissance onirique, folklorique, mais surtout humaine et poétique dont elle sait faire preuve pour ceux qui la comprennent.

Tronchet est de ceux là.

Après la traversée d’une cordillère des Andes sombre et austère, on reçoit la luminosité de Quito de plein fouet. Seize heures d’avion et de mauvais sommeil…lavées de plein fouet…De la-haut, Quito n’a rien d’une ville greffée artificiellement sur un paysage

Il s’installe dans le quartier de Guapulo, le Montmartre quiténien, qui l’enchante d’emblée, bien que -ou plutôt parce que- la rue qui serpente à flanc de cordillère, au bord du vide (« on se serait cru sur un parcours de bobsleigh ») soit le théâtre d’événements plus ou moins heureux, tel ce crash d’avion sur un immeuble proche, cet incendie galopant maîtrisé en partie par son fils de onze ans propulsé pompier d’un jour, ou l’insécurité qui peut y régner certaines nuits. Mais c’est avant tout dans les portraits d’habitants de la rue que tronchet excelle, nous livrant crûment la poésie brute d’un monde sud américain faisant parfois fi de la rationalité supposée occidentale. Ainsi l’auteur s’émeut et se rie à la fois de situations et de rencontres improbables.

Les vertiges de Quito sont aussi prétexte à approfondir la texture et l’essence profonde de ce pays d’accueil, où par de courts chapitres bien léchés, Tronchet nous emmène sur les pentes du Cotopaxi, sur la côte Pacifique ou encore en Amazonie en compagnie de l’ambassadeur de France, et du fils de l’auteur à jamais vacciné de son appréhension pour les richesses de la nature et de sa crainte des animaux sauvages. N’hésitant pas a plonger dans l’histoire, Didier Tronchet revient sur la fameuse expédition des scientifiques français au XVIIIème siècle, La Condamine et consorts, qui déterminèrent la longueur d’un arc de méridien et marquèrent profondément les rapports entre la France et l’équateur. Il nous rappelle l’aventure incroyable de ces hommes venus passer dix années de leur vie à mener à bien une tâche épique et pour laquelle ils n’étaient pas préparés aux difficultés incessantes liées notamment à la géographie si diverse mais si périlleuse du pays.

L’Equateur est un pays cotonneux qui absorbe les chocs, estompe les contours, peut-être par les vertus de cette ligne équinoxiale, censée être le centre du monde, laquelle donne au pays son nom et son goût d’apesanteur…Je suis arrivé ici avec Anne, notre fils Antoine, et le chat. Pour douze mois qui devaient n’être qu’une parenthèse. Nous sommes restés trois années, chahutées mais stimulante, apaisées et périlleuses, comme il sied au pays des contrastes.

Un beau petit livre où l’on découvre que le talent du dessinateur de BD sait épouser les nécessités du récit, par un texte ciselé, drôle et onirique.

Didier Tronchet publiera également sous peu l’album dessiné de ses années équatoriennes, dont quelques planches sont parues dans le magazine XXI.

 

Acheter le livre sur Amazon

 

 

Allez voir également

Artisanat : à Zuleta, on brode encore à la main

Zuleta, un petit village située au nord de l’Equateur a conservé la tradition de la ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge