Find the latest bookmaker offers available across all uk gambling sites www.bets.zone Read the reviews and compare sites to quickly discover the perfect account for you.

L’Equateur, LE pays des volcans

L’Equateur est sans aucun doute LE pays des volcans : sur un territoire grand comme seulement la moitié de la France, il en compte plus d’une centaine, dont une dizaine culminent à plus de 5000m d’altitude ! L’Equateur se situe en effet sur la cordillère des Andes, région montagneuse et volcanique due à la convergence de plaques océaniques et continentales.

Les amateurs d’andinisme et de randonnées seront comblés par la présence de nombreux sites propices à leur passion, sans oublier que ces régions abritent des populations amérindiennes aux traditions andines bien ancrées, culturellement très riches.

Au Nord du pays : l´Imbabura, le Cotacachi et le Cayambe.

A seulement 70 kms au nord est de Quito, le volcan Cayambe, culminant à 5785m, est le seul volcan aux neiges éternelles situé sur la ligne équatoriale. Le premier à l’avoir escaladé fut le célèbre anglais Edward Whymper, accompagné des frères Jean-Antoine et Louis Carrel en 1880. Ce sommet reste prisé par les andinistes de nos jours, bien qu’il reste relativement peu fréquenté, ce qui en fait une bonne alternative aux volcans Cotopaxi et Chimborazo, plus populaires.

Un peu plus au nord, dans la région d’Otavalo, célèbre pour son marché artisanal le plus grand d’Equateur ainsi que pour son marché aux bestiaux, se trouvent les volcans Imbabura et Cotacachi. Ce dernier mérite incontestablement un détour de par la magnifique lagune de Cuicocha qu’un de ses cratères abrite. Il s’agit d’un lac d’une circonférence de trois kms. De ses eaux limpides, parfois bleu soutenu, parfois émeraude, émergent deux gros îlots, formés par les sommets de quatre dômes. Cuicocha, de son ancien nom Kichwa Achikkucha, signifie littéralement la lagune des Dieux.

Laguna_Cuicocha

La Lagune Cuicocha

 Au pied du volcan, le village de Cotacachi est intéressant également car c’est l’un des plus importants centres d’artisanat du cuir en Equateur.

Non loin de là, en poursuivant un peu plus au sud sur la route qui relie les Andes du nord à l’Amazonie, l’on peut apercevoir le volcan Antisana. De son ombre imposante, il abrite une réserve admirable pour l’observation des condors en liberté dans les Andes d’Equateur. Certains endroits de la réserve ne sont pas sans rappeler les hautes steppes de Mongolie… Sur une végétation rase, au milieu de laquelle se dresse, majestueux, le volcan Antisana, vous pourrez observer des chevaux sauvages galoper sans aucune présence humaine, ni aucune route. C’est un lieu merveilleux pour les amoureux de nature et de grands espaces.

Ne quittez pas cette région sans avoir été vous relaxer aux termes de Papallacta, situés à 3200 m d’altitude, sur les flancs du volcan Antisana, dont l’activité profite aux eaux très riches en minéraux de la station thermale. Vous pouvez faire une pause à Papallacta sur la route qui mène de Quito à l’Amazonie ou en excursion à la journée depuis Quito (2h de route). Les thermes possèdent aussi leur propre hôtel pour y faire une halte reposante dans un cadre fabuleux.

termes de papallacta

Les termes de Papallacta

Le centre et l’allée des Volcans : du Cotopaxi à la Nariz del Diablo en passant par le Chimborazo…

C’est le scientifique allemand Alexander Von Humboldt, venu en mission en Equateur au début du XIXème siècle, qui l’a le premier dénommée ainsi, en raison de la formidable densité volcanique de cette région de l’Equateur.

Et c’est vrai qu’en partant depuis Quito en direction du sud, et en passant au pied de sommets majestueux tels que sont le Cotopaxi et le Chimborazo, on ne sait où donner de la tête tellement les opportunités de contempler les nombreux volcans des Andes s’enchainent et se succèdent. La route que l’on suit nous donne alors réellement l’impression de suivre une « avenue des volcans ».

Le Cotopaxi

Depuis Quito, on est tout proche : comptez 1h30-2h de route.  Le Cotopaxi, c’est certainement le symbole même du volcan : un cône parfait, enneigé, majestueux.  Mais c’est aussi et avant tout le volcan actif le plus haut du monde, culminant à 5890 mètres d’altitude ! On peut grimper relativement facilement jusqu’au refuge andin, à environ 4800m d’altitude, depuis le parking qui se trouve à 4600m. C’est de là qu’ont lieu les départs de nuit pour l’ascension au sommet. Attention à bien vous être acclimaté à l’altitude avant d’entreprendre cette ascension, et toujours avec un guide bien sûr. Au moindre malaise, il est vivement conseillé de redescendre à 3000m.

cotopaxi

Volcan Cotopaxi

Que vous fassiez ou non cette ascension, il est agréable de randonner dans le parc du Cotopaxi, très sauvage et offrant constamment des vues inoubliables sur le volcan. On peut y apprécier le paysage de montagne appelé ici « Páramo », y découvrir plusieurs espèces animales et végétales de cette spectaculaire région andine de l’Equateur ainsi que la riche avifaune de la région. Il y a même des chevaux sauvages qui vivent tranquillement au pied du volcan !

Le lac de cratère du volcan Quilotoa

Continuant la route vers le sud, et passant par de petits villages où se tiennent régulièrement des marchés ruraux, colorés et authentiques (Saquisili le jeudi, Pujili le mercredi, les marchés aux bestiaux valent également le détour), on peut se diriger ensuite vers le volcan Quilotoa. Sa particularité est le magnifique et immense lac de cratère de couleur turquoise qu’il possède en son centre. Un chemin de terre vous conduira vers cette lagune en bas du cratère ; mais attention à la remontée, quelque peu éprouvante !

Quilotoa

En redescendant vers la panaméricaine, ne manquez pas le petit village de Tigua, fhaut lieu équatorien de l’art naïf. On peut y visiter plusieurs galeries et éventuellement acheter ces tableaux évoquant les paysages et personnages typiques des Andes.

Baños, le volcan Tungurahua et la route des cascades

En activité, crachant régulièrement nuages de fumée et lave en fusion, le volcan Tungurahua fait souvent la une des journaux locaux. Pas d’inquiétude cependant, ces éruptions restant contenues et, sauf cas de force majeure, cela peut donner au contraire l’opportunité unique d’observer un volcan en activité.

Au pied du volcan, le village de Baños est célèbre pour ses sources d’eaux chaudes et son offre touristique sportive, tel que le rafting sur les eaux du fleuve Pastaza, affluent de l’Amazone, ou encore le canyoning. Le site naturel du village est de toute beauté, entre canyons, gorges, volcan et cascades.

Image3

Depuis Baños, il est d’ailleurs vivement conseillé de poursuivre en direction de Puyo et de ne pas manquer la traversée aventureuse du fleuve dans une nacelle téléphérique suspendue à un fil métallique ! En chemin, les cascades « Manto de la Novia » et « Pailón del Diablo » rafraichissent le visiteur.

Cette route est d’autant plus intéressante que l’on peut y observer petit à petit le changement de végétation et d’écosystème à mesure que l’on quitte le plateau andin et que l’on descend vers la forêt amazonienne. Car une fois arrivé à Puyo, on peut facilement faire une excursion en Amazonie équatorienne et profiter de lodges installés dans cet océan vert, mais c’est une autre histoire.

Le volcan « Taita (papa) » Chimborazo

Nous continuons notre route vers le sud pour atteindre Riobamba, ville importante située au pied du plus haut volcan d’Equateur, le Chimborazo, culminant à 6268 mètres d’altitude. Il est surnommé « Taita Chimborazo », c’est-à-dire « Papa Chimborazo » et figure sur les armoiries de l’Équateur avec un condor que l’on peut, avec un peu de chance, observer évoluant sur ses flancs.

On peut également dire de lui qu’il est le sommet le plus haut du monde dans le sens où son sommet est le point le plus éloigné du centre de la Terre et le plus proche du soleil, notre planète étant boursouflée au niveau de l’Equateur. La Réserve de faune du Chimborazo est l´occasion de randonnées spectaculaires pendant lesquelles on peut observer la flore et la faune unique du « páramo » : vigognes, loup du páramo, condor, etc.

Image6

Sur la route, on aperçoit de jolies maisons typiques en torchis, on croise des paysans se rendant ou revenant du marché, on admire les cultures en terrasse sur les flancs du majestueux volcan enneigé. La province du Chimborazo est le lieu où se concentre la plus grande population indigène du pays. Notre partenaire de voyages proposera d’ailleurs, dans son circuit 2016, la découverte d´une organisation locale entièrement gérée par des femmes natives de la zone qui se sont réunies afin de fabriquer et d´exporter des infusions et des tisanes écologiques dans les conditions du commerce équitable.

Le petit train des Andes et la « Nariz del Diablo »

Pour conclure en beauté ce voyage à travers la Vallée des volcans, à environ 2h de route au sud de Riobamba en longeant la panaméricaine, nous arrivons dans le village d’Alausi, connu pour son petit train andin qui serpente dans les gorges et longe les falaises avant d’arriver devant une montagne dont la forme évoque le « nez du diable ».

Image5

Récemment réhabilité, ce tronçon offre des vues et des sensations spectaculaires, même si l’époque pas si lointaine où l’on pouvait grimper sur le toit du train en compagnie des poules et des régimes de banane est révolue !

Le train, composé de wagons d’époque rénové, descend en zigzag en raison de l’important dénivelé, avant de revenir vers Alausi, où l’on déjeune d’un typique cochon d’inde grillé ou plus simplement d’une bonne soupe chaude.

Sans oublier les Galápagos, îles volcaniques par excellence…

Un dernier foyer volcanique équatorien se situe dans l’Archipel des Galápagos, province située à 1000 km des côtes, dans le Pacifique. Ces îles, au nombre de treize, sont toutes d’origine volcanique, en raison d’un point chaud situé à cet endroit, sous la plaque océanique Nazca.

Les Galápagos comptent de nombreux volcans dont les principaux sont concentrés sur deux îles : Fernandina et Isabela. Sur cette dernière, le plus haut d’entre eux, le volcan Wolf, est récemment entré en éruption (mai 2015), menaçant l’habitat d’une espèce d’iguanes roses unique dans le monde. Sa dernière éruption remontait à 1982.

Eruption du volcan Wolf aux Galapagos en mai 2015

Eruption du volcan Wolf aux Galapagos en mai 2015

Ces îles, classées au Patrimoine naturel de l’humanité, sont considérées comme une des zones volcaniques les plus actives du monde. Vous pouvez observer les anciennes coulées de lave de la dernière éruption du volcan Sierra Negra, sur l’île d’Isabela, et  admirer comment la nature reprend ses droits et s’adapte à cet univers hostile. C’est en effet dans ce paysage tantôt lunaire, tantôt exubérant, qu’une faune et une flore exceptionnelles ont su s’adapter et évoluer, inspirant à Charles Darwin sa célèbre théorie.

 

Allez voir également

Portrait de voyageurs : Marie et Alain « en vadrouille » en Equateur

Equateur Info a rencontré Marie et Alain, sexagénaires baroudeurs qui ont traversé l’Equateur en mode ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge