Find the latest bookmaker offers available across all uk gambling sites www.bets.zone Read the reviews and compare sites to quickly discover the perfect account for you.

Moi Billy Chiquito, guide naturaliste francophone aux Galapagos

Guide Galapagos 2

Afin de poursuivre notre série sur les Galápagos, initiée avec cet article de présentation générale, et pour  permettre à nos lecteurs de s’immerger dans la réalité d’une croisière de rêve aux Galápagos,  Equateur Info a le plaisir de vous proposer l’interview de Billy Chiquito, Guide naturaliste francophone aux Galápagos sur le bateau de croisière Galaven.

Bonjour Billy,  peux-tu te présenter ?

Je suis guide naturaliste du parc national Galápagos depuis 2 ans. Je suis en premier lieu Biologiste marin, diplômé de l’université de Guayaquil, puis j’ai eu la chance d’obtenir une bourse pour poursuivre mes études en Europe, une partie à Liège en Belgique et l’autre à Paris.

 

Guide Galapagos 1

Pourquoi as-tu choisi ce métier de guide naturaliste ?

D’abord pour l’amour de la nature ! J’ai laissé tomber ma carrière de biologiste parce que je me suis rendu compte que la planète a bien plus besoin de protection et de personnes qui promeuvent sa conservation plutôt que de personnes qui font uniquement de la recherche pure. J’ai vraiment trouvé ma passion ici aux Galápagos et j’espère continuer à protéger la planète comme j’ai l’occasion de le faire ici en transmettant ma passion à nos visiteurs.

 

Peux-tu nous dire un mot sur l’univers des Galápagos ?

C’est vrai que toute l’information sur les Galápagos, on peut les trouver dans un livre, sur internet ou en regardant une vidéo. Mais ces médias ne peuvent pas transmettre la passion. Et moi je crois qu’avant tout, un guide naturaliste doit être passionné pour la nature et pour ces îles, pour la conservation, pour l’environnement, afin de réussir à faire passer  aux visiteurs cette passion et cette compréhension de l’importance de la protection de l’environnement. Si on devait se contenter de ne donner que des informations, ça serait un métier comme un autre et non une passion.

 

Guide Galapagos 3

On nous a dit que ce n’était pas facile de trouver un guide francophone aux Galápagos…

Oui c’est très rare, nous ne sommes pas nombreux !

Sur le Galaven, c’est le cas, et le partenariat avec l’agence Gaston Sacaze est assez unique en son genre !  Nous sommes très contents des deux côtés et je crois que les passagers francophones le sont aussi !

 

Tu as croisé des passagers du monde entier, tu aimes les accompagner ?

C’est extraordinaire pour nous équatoriens de voir l’intérêt du monde entier pour les Galápagos, alors pour moi, à titre personnel, c’est un plaisir immense de transmettre ma passion à tous ces gens. C’est même un devoir que les passagers qui quittent les Galápagos portent un message dans leur pays, un message pour la conservation de la nature et de l’environnement. J’ai reçu beaucoup de passagers du monde entier car je parle espagnol, français, anglais et italien et à chaque fois, je tiens à ce qu’ils repartent avec cet émerveillement et ce message.

Guide Galapagos 4

Peux-tu nous parler du bateau Galaven et de l’organisation à bord ?

L’organisation est très bien faite et je dois dire que ça s’améliore à chaque fois ! C’est un petit bateau confortable d’une capacité de 20 passagers, avec 2 guides, car le parc national demande un guide pour 16 personnes. Nous, nous sommes 2 pour 20 ! Avant je travaillais sur un gros bateau de 100 personnes, donc ce que j’essaye de faire c’est d’apporter ici les aspects positifs de l’organisation d’un gros bateau. De fait, tout est bien programmé et organisé sur le Galaven.

 

Un dernier mot sur les Galápagos pour ceux qui voudraient les visiter ?

Venez  avec le cœur et l’esprit ouvert, avec votre amour pour la nature et sa conservation. Alors vous allez voir et apprendre beaucoup de choses qui résonneront en vous. Et  soyez sûr que nous  sommes prêts à faire de vos rêves une réalité !

 

Pour en savoir plus sur le bateau de croisière Galaven

 

 

 

 

Allez voir également

L’Equateur, un paradis ornithologique pour l’observation des oiseaux

L’Equateur est le 6ème abri des espèces d’oiseaux dans le monde, deux fois plus que ...

5 commentaires

  1. C’est clair qu’avoir les explications en français dans le texte, c’est beaucoup plus sympa quand comme moi on est un peu juste en anglais…et comme il y a tellement à dire sur ce petit paradis…

  2. Le travail d’un guide n’est pas toujours aussi facile, je le sais parce que j’ai pu observer une personne exercer dans ce domaine lors de mes enquêtes. Mais dès que la passion pour ce métier est ancrée en nous, rien ne nous empêche de nous épanouir.

  3. Oui, si on veut savourer pleinement la nature, il est préférable d’avoir un guide. Car la grande majorité de ces espèces animales s’observent facilement puisqu’elles ne fuient pas devant l’homme et seul le guide les connait.

  4. Effectivement, notre planète n’a plus besoin de personne qui la protège. Les recherches peuvent attendre et de toute façon, on est déjà à la pointe de la technologie. Il a pris une excellente décision qui n’est pas du tout égoïste.

  5. En Équateur, il existe des pirates clandestins (des voleurs), c’est la raison pour laquelle, il faut avoir un guide si on ne veut pas avoir d’ennuis. Mon mari était victime de ces voleurs marins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge